Yoga Ayurveda Saumur | Le souffle victorieux
16613
post-template-default,single,single-post,postid-16613,single-format-standard,vcwb,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
 

Le souffle victorieux

Le souffle victorieux

Régulièrement, pendant la séance de yoga, je vous invite à placer Ujjayi, la respiration glottique que l’on traduit également par la respiration victorieuse, ou le « souffle de l’océan » (il est appelé ainsi car l’air au passage du pharynx rétréci produit un petit bruit de frottement, à l’inspiration comme à l’expiration).

UJJAYI: La victorieuse

PRANAYAMA: exercice respiratoire destiné à rassembler et diriger l’énergie vitale (prana)

Ujjayi est le pranayama de base du hatha yoga, car il est l’un des seuls à pouvoir accompagner la pratique des asanas et des enchaînements.

SYMBOLIQUE

Ujjayi représente la victoire sur notre manière habituelle de respirer. Le souffle est toujours le reflet fidèle de notre mental et de notre humeur. En temps normal, il est inconscient, irrégulier et grossier (ce que le yoga appelle shvasaprashvasa vikshepa). Nous apprenons de nouveaux modes respiratoires dés le debut de la pratique du yoga. Lorsque nous respirons consciemment, le souffle se fait généralement plus régulier, plus lent et plus profond. Ujjayi accentue encore ces effets en rétrécissant l’orifice de la glotte dans la zone du larynx. Le passage de l’air, freiné par la résistance des muscles, produit alors un bruit qui évoque le bruissement de l’océan, avec ses vagues qui vont et viennent.

VICTOIRE SUR LES SCHEMAS QUOTIDIENS

Le bruissement d’ujjayi rend notre souffle audible. Nous entendons s’il est régulier ou non, s’il y a des à coups ou même des arrêts. Nous pouvons alors, autant que possible, nous mettre à respirer régulièrement. Par cette écoute attentive et par la conduite du souffle, ce n’est pas seulement notre respiration qui se transforme, mais également notre mental. Le bruissement de la respiration ujjayi recouvre toute l’agitation du mental, dirigeant l’attention vers l’intérieur. Voilà la victoire!

C’est la victoire qui découle de l’effort du mental à ramener la présence au corps, à l’instant. Le parallèle peut être fait avec le treizième sutra des yoga sutras:

I.13 Tatra Shitau yatno’bhyasah

« Dans ce cas, cette pratique intense est une effort énergique pour s’établir en soi-même »

Pratiquer intensément, ce n’est pas rechercher des postures difficiles et compliquées, contraindre son corps avec volontarisme pour obtenir souplesse ou puissance physique. Ce n’est pas chercher à copier parfaitement une forme, mais, à travers un travail approprié du corps, atteindre, dans la posture, cet apaisement du mental qui est l’état de Yoga. L’effort dont il s’agit est l’effort d’attention, nécessaire pour être présent, vigilant, disponible. (traduction française et interprétation de Françoise Mazet, sanscritiste).

C’est cela Ujjayi, la victoire sur la distraction et la dispersion, schémas habituels de notre mental.

Les maîtres du yoga considèrent le souffle comme le lien fondamental entre le corps, l’esprit et l’humeur. Il est donc tout à fait compréhensible que ce soit un pranayama qui symbolise toutes les victoires obtenues au cours de la pratique du yoga.

Les yogis estiment que c’est toujours par le souffle qu’on triomphe de l’agitation du mental: un souffle tranquille, profond et régulier, qui rend perceptible le bruissement de notre océan intérieur.

POINT D’ANATOMIE

La résistance dans la gorge

Ce rétrecissement dans la gorge oppose une résistance à l’air, induisant le léger bruit de la respiration audible lors de la pratique. Cette résistance dans la gorge a deux effets sur le souffle. On peut faire la comparaison avec un tuyau d’arrosage que l’on obstrue à moitié à l’aide du pouce: l’eau gicle alors plus loin et plus vite, tandis que le tuyau se durcit.

Lorsque nous expirons bouche fermée, l’air passe plus rapidement par les narines, les écartant. De plus, la résistance au dessous des cordes vocales a pour effet de maintenir l’ouverture des bronches. C’est ainsi que la respiration ujjayi permet aux personnes souffrant d’asthme ou de bronchite chronique d’expirer plus profondément et plus facilement. Il reste moins d’air résiduel stagnant dans les poumons.

A l’inspiration, en revanche, le souffle plus rapide pénètre plus profondément dans les poumons et la resistance au dessous des cordes vocales maintient à présent les narines ouvertes.

A l’inspiration comme à l’expiration, ujjayi favorise un souffle long, profond et complet. C’est à juste titre que dans de nombreuses traditions du yoga, ujjayi est utilisé comme technique respiratoire de base dans les postures statiques et les enchaînements.

Cependant, on évitera d’exagérer ce rétrécissement des cordes vocales, car une pression trop forte risquerait de les surmener.

LA TECHNIQUE DU PRANAYAMA

Installez vous dans une posture confortable. Placez la respiration nasale. Vous pouvez respirer par le nez en imitant le bruit sifflant caractéristique de Dark Vador dans Star Wars. L’air passe à l’arrière de la gorge et le rétrécissement des cordes vocales permet de contrôler précisément la quantité d’air entrant et sortant.

Continuez à respirer par le nez, calmement et régulièrement. Concentrez vous sur le doux bruissement de votre souffle. Equilibrez l’inspiration et l’expiration, qui doivent être de même intensité et de même longueur.

Au début, le son est audible, mais avec la pratique, il devient plus subtil, inaudible pour votre voisin de tapis. Même plus subtil, le sens de l’ouïe est dirigé vers l’intérieur.

LES BIENFAITS

– permet la ventilation complète des poumons

– facilite l’expiration, avec un effet bénéfique sur les maladies respiratoires comme l’asthme et la bronchite chronique

– soulage les rhumes légers

– renforce la musculature respiratoire

– améliore la statique corporelle en tonifiant la musculature respiratoire

– apaise et régénère l’esprit

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.