Yoga Ayurveda Saumur | La salutation du guerrier
16405
post-template-default,single,single-post,postid-16405,single-format-standard,vcwb,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
 

La salutation du guerrier

La salutation du guerrier

La salutation du guerrier est empruntée à la posture du guerrier qui fait appel à la force, à l’énergie engagée dans l’action pour combattre les forces de l’ombre et apporter la paix. Elle apportera beaucoup de chaleur dans le corps, une énergie de dépassement de défis, sans toutefois perdre le lien avec nos limites.

Cela vous dit, un petit peu de mythologie pour illustrer cette posture?

Nous rencontrons Shiva, sous l’apparence de Virhabadra dans un mythe des Shiva Puranas, un texte fondateur de l’Inde ancienne où sont rassemblées les légendes du Dieu Shiva.

On y lit que dans la nuit des temps, Shiva vivait avec Sati au sommet du mon Kailash, dans l’Himalaya. Sati était la fille du sage Daksha, l’ancêtre de l’humanité. Il ne voulait pas de Shiva comme gendre car il lui reprochait de vivre comme un sauvage, en marge de la société, en pleine nature. Cependant Sati reconnut en Shiva le Dieu de la Transformation et de la Destruction. Elle le vénéra comme le grand Transformateur et elle l’aima de toute son âme.

Un jour, Daksha organisa pour tous les dieux une grande fête de sacrifice à laquelle il n’invita pas Shiva. Il ne lui avait pas non plus préparé d’offrandes, à lui, Shiva, qui était pourtant l’une des principales énergies divines du cosmos. Sati se présenta à la fête, à laquelle tous les autres dieux et les prêtres avaient été invités. Mortifiée par cet affront infligé à son mari par son père et toute entière vouée à Shiva, elle se lança dans une telle ascèse qu’elle fut consumée par son feu intérieur (tapas) sous les yeux horrifiés des invités.

Apprenant la mort de son épouse, fou de douleur et de colère, Shiva s’arracha une mèche de cheveu, de laquelle naquit Virabhadra, le guerrier spirituel. Devenu gigantesque, celui ci descendit en hâte de l’Himalaya et se précipita vers le dieu du sacrifice à la tête d’une puissante armée dévouée à Shiva, composée de ganas (gardien) et de matrikas (mères). Il chassa les dieux rassemblés et décapita Daksha pour le punir de son sacrilège et de son arrogance. C’est ainsi que Virabhadra rétablit l’ordre divin.


Cette semaine, le contenu de la séance est:

– un chat dos rond/dos creux MARJARYASANA

– un chat qui s’étire

– l’enfant, BALASANA

– le chien tête en bas, ADHO MUKHA SVANASANA

– le guetteur KUMBHAKÂSANA DANDASANA

– le chien tête en bas une jambe levée, EKA PADA ADHO MUKHA SVANASANA

– l’enfant puis le diamant, BALASANA puis VAJRASANA

– le guetteur, les coudes pliées vers l’arrière, le long du buste, CHATURANGA

– le chien tête en haut, URDHVA MUKHASVANASANA

enchaînement des 3: guetteur coudes pliés/chien tête en haut/chien tête en bas

– la montagne, TADASANA

– la chaise, UTKATASANA

– la pince debout, UTTANASANA

– la pince debout une jambe levée, URDHVA PRASARITA EKA PADASANA

Le sanscrit, c’est pour le plaisir et aussi parce que ces postures n’ont pas toujours la même définition française .  Je trouve sympa de connaître les postures en sanscrit! Je vous transmets la suite demain!!!

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.